Banniere wittes 2

Les sentiers de randonnées autour d'Aire sur la Lys

Découvrez le Pays d'Aire à pied     (Source OT Aire sur la Lys)

Entre Monts de Flandres et collines d’Artois, au cœur de la région Nord - Pas-de-Calais (à égale distance 60 km de Lille, Arras, Calais), le territoire du Pays d’Aire s’étend sur environ 15 km de Racquinghem au Nord à Aire-sur-la-Lys au sud, en passant par Quiestède, Roquetoire et Wittes.

Cet espace, majoritairement rural, est façonné par sa situation de contact entre deux régions naturelles, la plaine de la Lys et les contreforts de l’Artois. Cette situation en fait sa richesse et sa diversité en matière de paysages.

La plaine de la Lys est une plaine agricole ouverte, à urbanisation diffuse, fortement marquée par la présence de l’eau : marais, rivières, fossés et canaux agrémentent en effet le paysage.

Aire-sur-la-Lys, la ville centre, est arrosée par des nombreuses rivières qui forment la trame de son riche paysage urbain, mais elle est réputée aussi par son histoire ancienne.


L'ancienne Communauté de Communes du Pays d’Aire, qui avait décidé de promouvoir le tourisme de proximité, vous propose grâce aux sentiers présentés au verso et praticables par toute la famille, de découvrir ce territoire et son patrimoine, naturel et architectural, en mariant le plaisir de la randonnée à ceux de la culture et de la nature.

 

 
 
 

1 - Le Tour du Pays d'Aire - 40 km - 2 Jours

Au nord, le territoire, fortement rural, est façonné par sa situation de contact entre 2 régions naturelles, la plaine des Flandres et les contreforts de l’Artois.

Cette situation en fait sa richesse et sa diversité en matière de paysages. Le sud permet de longer la Vallée de la Lys et traverser la ville d’Aire-sur-la-Lys.
En partant du jardin public à Aire, vous découvrirez successivement :

- les anciens quartiers militaires, les anciens quais marchands de la Lys, le bassin des quatre faces, là où la Lys passe en siphon sous le canal à grand gabarit.

- un riche plateau agricole au nord de Wittes.

- la crête de Racquinghem (65 m), réputée pour ses « landes atlantiques ».

- après Quiestède et son centre (mairie - église), la vallée du Laubonne, pays d’anciennes cressonnières.

- les voyettes de Roquetoire et la vallée de la Liauwette.

- la vallée de la Lys

- l’usine de pompage à Moulin-Le-Comte

- l’entrée dans Aire par les anciennes fortifications (poudrière et porte de Beaulieu)

 

 
 

 


2 - Le Sentier de la Melde - 9 km - 3h
 

Découvrez le charmant village de Wittes puis l’environnement naturel d’Aire-sur-la-Lys : jardins ouvriers, nœud hydraulique des 4 faces et grand canal. La Melde prend sa source sur le plateau d’Heuringhem et se jette dans la Lys après passage en siphon sous le canal d’Aire. Le village de Wittes, traversé par cette rivière, est réputé pour sa foire aux poulains (3e dimanche de novembre) et son marché bio (chaque 3e dimanche du mois). Wittes possède de belles fermes à cour carrée, signe de son passé rural, dont celle du château Joly, un ancien relais de diligence qui abrite aujourd’hui de petits commerces et sa station d’épuration à filtres plantés de roseaux.

La zone industrielle de Saint-Martin a été équipée par la communauté de communes du Pays d’Aire pour recevoir les entrepôts « logidis » et d’autres entreprises.

Les étangs de la Ballastière ont été créés artificiellement à la suite de l’extraction de cailloux (le ballast extrait a servi au maintien des traverses de voies ferrées). Ce site reçoit en période hivernale des oiseaux migrateurs et favorise le refuge d’oiseaux autochtones et de gros rapaces. Autrefois ancienne voie ferrée Aire-Arques, une voie verte, réservée aux cyclistes et randonneurs, traverse ce site d’Aire à Wittes, avant un prolongement vers Arques.

Venant de Lisbourg à 20 km, la lys est canalisée à partir de l’écluse du Fort Gassion ; elle rejoint l’Escaut à Gand en Belgique (195 km). Le canal de Neufossé, creusé en 1825, relie l’Aa au canal d’Aire, ce qui permet entre autre la liaison Dunkerque-Valenciennes pour les péniches de gros tonnages (convoi poussé de 3000 tonnes).
 

 

 

 


3 - Le Sentier du Bruveau - 10km - 3h
 

Découvrez la Vallée de la Lys par les hameaux de Glomenghem et Moulin Le Comte en passant par l’ancienne poudrière qui était intégrée dans les fortifications « Vauban ».

Tirant son nom d’un ruisseau qui se jette dans la Liauwette au nord d’Aire, le Bruveau est un des 14 hameaux d’Aire, comme Rincq, Glomenghem et Moulin-le-Comte, traversés lors de cette randonnée.

Venant de Lisbourg, à 20 km, la Lys est canalisée à partir d’Aire et rejoint l’Escaut à Gand en Belgique.

Après Glomenghem et ses vastes pâtures communales, ses eaux sont pompées par une usine d’épuration qui alimente en eau potable la métropole lilloise.

Subsistent quelques cressonnières, alimentées par des forages individuels (appelés puits artésiens) qui vont chercher à 30 m l’eau d’une température régulière de 11°C.


A remarquer aussi la présence de nombreux saules têtards, arbres à multiples intérêts : économiques (bois de chauffage, piquets), écologiques (abris pour animaux) et régulateur du régime des eaux.

Aux confins de l’Artois et des Flandres, Aire, ville frontalière, a été fortifiée vers 1200, au 16ème siècle par Charles Quint et enfin vers 1700 par Vauban, ce qui laisse de nombreux vestiges : portes, poudrières, bastions, casernes. Au retour, appréciez d'ailleurs l’un de ces vestiges, la porte de Beaulieu avec en arrière plan, la poudrière.
 

 

 

 


4 - Le Sentier du Marais - 9 km - 3h
 

Partez à la découverte des pâtures d’Aire, de la rivière la Lacquette et du marais de Lenglet puis revenez par le centre historique pour admirer la Grand’Place. La première partie dévoile le cadre naturel exceptionnel dont jouit la ville. Terre d’eau, elle est arrosée par de nombreuses rivières (Lys, Mardyck, Lacquette et Lacque).

- le territoire est émaillée de marais, étangs et bocages façonnés par la main de l’homme, (à l’exemple des cressonnières, alimentées par des forages qui vont chercher à 30 m l’eau toujours à 11°C).

Les espaces sont aujourd’hui dévolus à la pêche, à la randonnée, ou à l’observation de la faune et de la flore, à l’exemple de « Chico-Mendés » : classé réserve naturelle par Nord-Nature, il a été sommairement aménagé, avec une mare et planté d’essences locales, dans un but pédagogique.

Le retour par le centre ville permet d’approcher l’histoire : aux confins de l’Artois et des Flandres, Aire, ville frontalière, a été fortifiée vers 1200, au XVIe siècle par Charles Quint et enfin vers 1700 par Vauban, ce qui laisse de nombreux vestiges : portes, poudrières, bastions, casernes, etc.

Sur la Grand’Place, se dressent le Bailliage, joyau d’architecture du XVIIe siècle, l’hôtel de ville du XVIIIe siècle et l’ensemble des maisons à pilastres. Avant le creusement du canal de la Lys à l’Aa, fin du XVIIIe siècle, toutes les marchandises, débarquées sur les ports de la Manche, étaient acheminées par voie de terre depuis l’Aa jusque Aire ; cette rupture de charge a fait la fortune de la ville devenue un véritable entrepôt tout au long de ses quais (moulins, tanneries, drapiers, etc).
 

 

 

 


5 - Entre Lys et Canal - 12 km - 4h
 

Partez à la découverte d’un cadre naturel remarquable, le long de vieille Lys puis du Canal à grand gabarit.

Au départ et au retour de la randonnée, il faut remarquer les nombreux ouvrages qui font d’Aire un nœud hydraulique unique dans la région : barrage, vannage, déversoir, siphon et écluse.

Le bassin des 4 faces est le plus représentatif : il permettait autrefois aux bateaux de faire demi-tour et de naviguer dans le sens désiré : vers la ville, vers la lys ou par le canal, vers Saint-Omer ou Béthune. Le Fort Gassion, autrefois « St-François », servait à la défense de la ville.


Venant de Lisbourg à 20 km, la lys est canalisée à partir de l’écluse du Fort Gassion ; elle rejoint l’Escaut à Gand en Belgique (195 km).

Le canal de Neufossé, creusé en 1825, relie l’Aa au canal d’Aire, ce qui permet entre autre la liaison Dunkerque-Valenciennes pour les péniches de gros tonnages (convoi poussé de 3000 tonnes).


Le pont de Thiennes est un pont-levis qui représente un véritable ouvrage d’art.

En fin de randonnée, un détour par le centre ville permet d’approcher l’histoire.

aux confins de l’Artois et des Flandres, Aire, ville frontalière, a été fortifiée vers 1200, au XVIe siècle par Charles Quint et enfin vers 1700 par Vauban, ce qui laisse de nombreux vestiges : portes, poudrières, bastions, casernes, etc.